BIOPSIMÈTRIE / LE MUR INVISIBLE DE L’EXCLUSION


Citation : « SI VOUS NE COMPRENEZ PAS LA SUPRÉMATIE BLANCHE QUI EST LE RACISME, CE QUE C’EST, ET COMMENT CELA FONCTIONNE TOUT CE QUE VOUS COMPRENDREZ D’AUTRE NE FERA QUE VOUS CONFONDRE. » …NEELY FULLER JR

LA SUPRÉMATIE BLANCHE/RACISME EST UN SYSTÈME GLOBAL

IMG_9045

Le système de la suprématie blanche/racisme, est un système de pouvoir dynamique politique et religieux global qui est exercé et pratiqué par tous les hommes blancs, et toutes les femmes blanches qui croient en cette idéologie ayant pour nom le racisme, et qui se manifeste de manière directe ou indirecte voire raffinée, au travers un modèle de pensée, de paroles et d’action qui ont pour objectif de maintenir en place un système conçu pour dominer et maltraiter ainsi qu’affecter toutes les relations et activités des personne non-blanche de la planète directement et indirectement. Il s’agit d’une forme de « guerre » idéologique menée contre et envers toutes les personnes non-blanches de la planète et ce dans tous les domaines d’activités des victimes. Économie, Éducation, Divertissement, Politique, Travail, Loi, Religion, Sexe et Guerre (Conflit) 24/7 de manière directe et/ou indirecte par la tromperie et/ou la violence directe ou indirect.

LA SUPRÉMATIE BLANCHE/ RACISME N’EST PAS UN PROBLÈME D’ORDRE  AFFECTIF,  C’EST UN PROBLÈME D’ORDRE IDÉOLOGIQUE UN MODE DE PENSÉE.

BIOPSIMÈTRIE / LE MUR INVISIBLE DE L’EXCLUSION

http://mirto.fr/photographie/2900-biopsimetrie-ou-le-mur-invisible/

.IMG_0967  IMG_9036 IMG_0948

© Photos Mirtho Linguet

Citation * « EN AUCUN CAS, JE PASSERAIS DIX SECONDES DE MON TEMPS A ESSAYER DE PROUVER À QUICONQUE QUE LES « NOIRS » SONT « INTELLIGENTS ». CE N’EST PAS LÀ UNE MANIÈRE SCIENTIFIQUE DE CONTRER LE RACISME. CONTRER DE MANIÈRE SCIENTIFIQUE LE RACISME EST DEMANDER A UNE PERSONNE : « OK, VOUS AVEZ FAIT VOTRE ÉVALUATION, QU’ALLEZ-VOUS FAIRE ? QUE RECOMMANDEZ-VOUS QUE TOUT LE MONDE FASSE ? OU QUE QUELQU’UN D’AUTRE FASSE ? QUELLE EST VOTRE RECOMMANDATION-LA PARTIE DU « QUE FAIRE » ? » © NEELY FULLER JR.

Pourquoi un mur invisible ?  Par Mirtho Linguet.

POSTULAT : LA SUPRÉMATIE BLANCHE (RACISME) N’EST PAS UN PROBLÈME D’ORDRE  AFFECTIF, C’EST UN PROBLÈME D’ORDRE IDÉOLOGIQUE UN MODE DE PENSÉE EXERCÉ ET PRATIQUÉ PAR TOUS LES HOMMES BLANCS, ET TOUTES LES FEMMES BLANCHES QUI CROIENT EN CETTE IDÉOLOGIE AYANT POUR NOM LE RACISME QUI VEUILLE QUE SOIT DOMINÉ ET MALTRAITÉE PAR UNE PERSONNE BLANCHE, TOUTE PERSONNE NON-BLANCHE/NOIRE, ET CE SUR LA BASE DE LA COULEUR DE SA PEAU DE MANIÈRE DIRECTE ET/OU INDIRECTE. QUOI QU’IL ARRIVE IL FAUT QUE CE SOIT LA PERSONNE BLANCHE QUI SOIT EN CHARGE DES AFFAIRES DES PERSONNES OU DE LA PERSONNE NON-BLANCHE/NOIRE ET CE À ÉCHELLE PLANÉTAIRE DANS TOUS LES DOMAINES D’ACTIVITÉ.

BIOPSIMÉTRIE LE MUR INVISIBLE DE L’EXCLUSION  : Un travail photographique qui propose une analyse de ce MUR INVISIBLE DE L’EXCLUSION, un mur qui ne se voit pas, ne se perçoit pas, et qui exclut. Un mur qui exclut celui/celle, individu non-blanc qui est contenu dans un système auquel il participe par sa présence, en fait partie, mais dont il/elle ne sait pas que celui ci l’exclut, puisqu’il est incité à s’y mettre en face par transparence. Exclusion inhérente au principe directeur de ce qui régule ce à quoi il lui est demandé  de participer, et dont lui n’ a nullement  défini les règles du dit principe directeur régissant sa participation, et qui sont à son détriment, alors que tout est conçu pour qu’il  pense et croit le contraire . Il est amené et dirigé  à ne pas voir sa réelle condition, ni à la remettre en question et est incité à se satisfaire de la vision par transparence, une vision tronquée qui le laisse à distance de la Vérité, de sa condition,  qui est celle d’être contenu dans une Prison de verre.

Biopsimétrie ou  le mur invisible un travail qui dans son contenu formel traite de la situation  de captivité quotidienne au sein de laquelle se trouvent  impliquées les personnes non-blanches, en proie à des questionnements, des réactions et surtout beaucoup d’incompréhension, face à ce à quoi elles se trouvent exposées, une incompréhension alimentée par une grande confusion. Alors que d’un côté il est question de progrès « technologiques » , elles constatent que ces progrès ne s’ accompagnent nullement   d’amélioration dans  la qualité des relations  entre les,  individus et que le nombre des victimes se compte par millions victimes qui sont en grande majorité sont celles classifiées comme non-blanches.

Combien parmi ces millions de personnes non-blanches comprennent, ou imaginent, que l’idée du monde et la construction de ce monde est  une construction idéologique.  Que ce monde et la manière dont elles  évoluent en son sein, a été fabriqué par un mode de  pensée, et que la pensée qui domine  ce monde au quotidien est celle qui produit un système, un système qui a pour nom  la Suprématie Blanche (Racisme) pensée  idéologique devenue depuis sa mise en place pratique, une base de référence, un modèle,  pour tous les individus de la terre et ce 24/7, affectant  leurs relations et leur rapport à l’autre et par extension au monde. Une pensée structurée, et dont les personnes qui l’ont mise en place et celles qui continuent à la maintenir en place sert à développer  de par  son principe directeur la philosophie que soit dominée et maltraitée toute personne non blanche sur la base de la couleur de sa peau de manière directe et indirecte. Un système de pensée qui valorise la violence, et l’hostilité plus que la paix et la Justice. Tout ce que produit ce système pousse les hommes à se défier, à se maltraiter à se détruire de manière directe et indirecte.

Biopsimétrie ou  le mur invisible : Est une métaphore de cette situation, ce travail parle du confinement, de l’incapacité des individus non blancs soumis à ce système , de pouvoir et/ou d’être autorisé à sortir de celle-ci, car les mécanismes, et ce qu’ils produisent ne sont pas compris par les victimes, ces dernières se trouvant captives, tout en étant contenues dans l’ignorance. Il ne leur est nullement donné quoi que ce soit qui puisse réellement servir à faire en sorte qu’elles puissent  en  sortir.
Elles s’agitent, crient, manifestent, brandissent des slogans, mais tout cela demeure inefficace, car elle ne sont aux commandes de rien, et de plus restent persuadées que leur problème est d’ordre affectif, car ont été éduquées pour se fier à leur émotions plus qu’à leur Logique.
Elles demeurent dépendantes de celles et ceux qui la maintiennent en captivité, pour l’économie, l’éducation, le divertissement, la politique, le travail, la loi, la religion, le sexe et la guerre. Maintenues dans un état de « subjugation » et de confusion permanente. Captives d’un système soutenu et maintenu par toute personne blanche qui croit et défend cette idéologie de la Suprématie Blanche ( Racisme) , car ils ‘agit bien d’une idéologie cela n’a rien d’affectif, c’est une pensée qui sert à articuler les rapports entre les individus basée sur de la réflexion et pas uniquement sur de la réaction/émotion., une pensée qui à ce jour produit et favorise la destruction des individus non-blancs aussi bien sur le plan physique que psychologique en simple dans toute sa dimension.

Les victimes peuvent elles en sortir ? Veulent elles en sortir ? Voient elles la prison ? Et que pourraient elles faire pour en sortir ?
Les murs de cette prisons, sont conçus de manière à ce qu’ils ne soient nullement visibles, transparents. Il est donc question  d’observation méticuleuse  pour les distinguer.
Les gardiens de cette prison faisant preuve de magnanimité, usant de leur capacité d’illusionnistes, afin de tromper la vigilance et la défiance des victimes, des prisonniers de cette prison, ces derniers voyant qu’ils ont prisonniers mais ne comprenant pas POURQUOI  ET DE QUOI ?.
Aux prisonniers, il est offert des gadgets, des slogans, des décorations, des titres, des diplômes,  afin qu’ils puissent  se sentir  » libre » alors qu’il ne le sont pas . Les personnes non-blanches ne sont pas libres dans le système de la Suprématie Blanche, elles sont captives et leur captivité est si subtile, qu’elles ne se considèrent même pas comme tels, tout au plus elles se disent  » ne pas avoir de chance »  » êtes maudites » de se retrouver dans une telle situation.

De même qu’il leur a été donnée une dite « liberté » au travers d’une dite « modernité » sachant qu’il ne leur a rien été donné, en vérité,  car ces mots restent pour ceux qui les ont acceptés, sans substance, servent à tromper les victimes, ces mots ne disent pas leur véritable fonction, ne sont pas définis et précisés, et changent en permanence selon la situation. Comment croire à une « liberté », « modernité » pour les victimes, alors que leurs mouvements sont réduits, limités si ces mots dans leur fonction pratique ne produisent pas de JUSTICE ?

Une liberté qui a mené à ce que les prisonniers demeurent dépendants de leurs gardiens, et deviennent des servants, des victimes, les éduquant  non à s’édifier mais à creuser pour s’ensevelir, par leur participation à un système morbide, et malsain tant pour elles que pour celles qui le défendent et y croient.  Dans le système de la Suprématie Blanche (Racisme) ce qui est glorifié étant, sang, violence, hypocrisie, mensonge et mort.
Ce mur en forme de « liberté » pourrait être vu comme une enveloppe ayant été  soigneusement remise à une personne , et dont il lui est recommandé  d’éviter de l’ ouvrir,  au risque de perdre le contenu, ce qui implique taire toute curiosité, ne pas chercher à comprendre, une situation qui crée une confusion maximale, une double contrainte ne permettant ni d’avancer, ni de reculer.

Et c’est en cela, par cette DOUBLE CONTRAINTE que ce mur invisible demeure aussi présent, au travers cette incapacité qui a été favorisée par les gardiens envers leurs prisonniers, ayant  fini par les faire adhérer à leur condition et donc d’accepter cette vision du monde, une vision  fausse, artificielle, trompeuse, ou tout semble en apparence « Merveilleux » mais où tout pour elles est désastres, chaos, destruction, leur existence étant soumise et gouvernée par une idée du monde qui veuille que les hommes soient des « prédateurs » et non des chercheurs/producteurs de JUSTICE .

Cette enveloppe, cette prison de verre, en plus de les maintenir dans l’ignorance  les rend inférieurs, contraints qu’ils sont dans cette situation à  ne pas pouvoir s’édifier, croyant  que le fait d’avoir l’enveloppe, de voir au travers du verre leur fait posséder une chose, mais QUOI ? Si ce n’est un sentiment nourrissant l’égo, mais ne permettant nullement d’avancer réellement.

Un sentiment n’a rien de substantiel, il lui faut de la matière, et cette matière les victimes n’en disposent que partiellement, c’est l’enveloppe, mais pas le contenu,  qui lui pourrait  se révéler ne pas exister, et être tout aussi vicié. Croire ce qui est montré et incité à ne pas chercher à comprendre pourquoi et sur quoi repose ce qui est montré. Mais surtout voir sa condition de prisonnier,  impliquée par cette double contrainte qui les maintien en captivité, tout en leur faisant croire le contraire, cela étant aussi une forme de prison que de ne pouvoir discerner le vrai du faux et donc ne pas pouvoir comprendre. La prison de la confusion.

Biopsimétrie ou  le mur invisible est un travail qui parle d’une tragédie, tragédie d’une violence silencieuse à l’impact dévastateur silencieux, vécue au quotidien 24/7 par les victimes, éduquées qu’elles sont à ne rien produire de constructif et à se jeter sur tout ce qui ne sert pas à les édifier, mais à les divertir, les distraire à leur détriment  ( que ce soit par les jeux, les gadgets, les apparences, les bibelots, le divertissement..)  Des choses qui certes satisfont l’égo mais les pousse à vouloir plus quitte à s’entretuer , et donc ne servent pas celui ou celle qui les possèdent. Les prisonniers sont poussés à adhérer à des slogans vides de sens,  et à rester inconsistants ( les bannières du Je suis ….) il est nullement question de fonction tout est dans l’apparence ÊTRE POUR ÊTRE, au lieu d’ÊTRE POUR FAIRE ET PRODUIRE, PRODUIRE DE LA JUSTICE DANS SON RAPPORT À   L’AUTRE.

Une tragédie sournoise, car amenant les victimes au suicide, des victimes qui  ne font rien d’autres qu’ à se nuire et à précipiter leur mort par asphyxie, dans une course folle par étouffement, essoufflement, avec le sourire persuadées que tout va bien alors qu’elles sont mises sous verre, courent derrière du vent, un verre et un vent qui les maintient dans l’ignorance, et ne font pas d’elles des personnes à part entière, ne font pas d’elles des hommes et des femmes mais des captifs en situation d’infantilisation, réduites à subir un parcours à handicap, comprimées sur une surface dont ils voient au travers, mais qui les prive de tout mouvement, se sentent « inclus » alors qu’ils sont en fait « exclus » dès la naissance du fait de leur couleur de peau.  Maintenus en captivité pas le jeu subtil des MOTS.

Quoi qu’elles fassent et veulent faire cela est hautement conditionné par une pensée idéologique qui leur refuse toute élévation, que ce soit en économie, l’éducation, le travail, la politique, le sexe, toutes leurs activités sont affectées par cette condition qui est un problème omniprésent, trouvant ses origines dans le système en place qui veuille que de par leur apparence elles sont dédiées à être dominées, maltraitées, même lorsque la forme paraît « agréable » ( murs dorés, être des stars,  ) mais celle-ci finit toujours par se révéler nocive pour elles, du fait que rien n’est fait pour qu’elles puissent réellement améliorer en profondeur leur situation/condition. Alors que la JUSTICE ne leur est pas accordée. En prison pour un délit qu’ils/elles n’ont pas commis car nullement responsables de la couleur de leur peau. Devenus objet de divertissment à défaut d’objets de curiosité.

La plus grande erreur que font les personnes non blanches / noires est celle qui consiste à ne pas considérer et comprendre que la suprématie blanche/racisme et ses effets est le problème majeur, qu’il est la source de tous leurs problèmes de manière directe ou indirecte.

POURQUOI ?

Parce que, qu’elles le reconnaissent,  ou ne le reconnaissent pas, ce problème est la source de tous les problèmes rencontrés durant leur existence du fait de l’existence quasi OMNIPRÉSENTE de ce système idéologique donc de cette pensée pratiquée et exercée 24/7 par toute personne blanche qui y croit et y adhère et la défend directement ou indirectement, personnes blanches qui par leurs actions et inactions maintiennent en place un système  de pensée qui gouverne globalement l’ensemble des activités, du mode de pensée,  de la manière de parler,  y compris l’ensemble des difficultés que rencontrent les personnes non blanches dans leur quotidien, que ce soit au travail, en famille, dans la rue, dans toutes leurs relations.

Rien dans ce système n’est fait pour que les relations entre elles ci soient harmonieuses pour elles. Les victimes de cette prison de verre, comprennent elles que toute  leur approche du monde, de l’autre,  de leur relation au monde est initiée et formatée par ce problème majeur qu’est la Suprématie Blanche (Racisme) ? Un système de pensée global à échelle planétaire, qui favorise avant tout le chaos et l’hostilité parmi les individus de la planète pour le bénéfice de la prison idéologique qui a été fabriquée pour contenir ces individus à l’intérieur, à l’état de sujets, d’esclaves, de victimes.
Problème qui pour être compris nécessite d’être abordé de manière SCIENTIFIQUE, et non AFFECTIVE. Ce qui explique  le titre de ce travail photographique,  BIOPSIMÉTRIE / LE MUR INVISIBLE. 

IMG_2729

Il est nécessaire de comprendre que les émotions ne sont pas des éléments fiables pour analyser un problèmes, car celles-ci varient sans cesse et peuvent induire des erreurs de lecture, d’appréciation, motivées par le manque de réflexion, or il s’agit là bien de comprendre une situation, ce qui se passe, c’est une nuance à avoir à l’esprit. CE QUI A LIEU EST MATHÉMATIQUE / LOGIQUE * SYSTÉMIQUE * LOGIQUE CAR PENSÉ ORGANISÉ PLANIFIÉ, FABRIQUÉ, CRÉÉ.  Ce mur n’est pas un mystère, il n’est pas le fruit du hasard, il a été érigé de manière volontaire et délibérée, IL EST UNE CONSTRUCTION.

La condition au sein de laquelle évolue un individu est la chose la plus importante à comprendre et à observer au départ, car la condition est souvent influencée par le système qui gouverne et génère la condition sur le plan pratique au sein de laquelle évolue l’individu. Si il fait chaud tout ce qui sera produit pour maintenir la température, la rendre « agréable » sera lié au fait qu’il fasse chaud. C’est la chaleur qui motivera la condition des individus.
Beaucoup de victimes, parmi les personnes non-blanches/noires ont à  comprendre ce qu’ est et comment fonctionne le système de la Suprématie Blanche (Racisme), un système qui a pour principe idéologique directeur que soit maltraité et dominé tout individu non- blanc/fait du fait de sa couleur de peau et gouverne les conditions des victimes, conditions qui dans ce cas ne devraient pas être acceptées car prônant la non justice par une incarcération qui leur est imposée, malgré le sentiment de ne pas l’être, cela est une illusion  fabriquée de toutes pièces et scellés par les mots que les victimes arborent « modernité » « évolution », « progrès » car tous ces mots ne sont pas accompagnés par JUSTICE et donc sont sans réelle valeur .

C’est avant tout et surtout cela la Suprématie Blanche (Racisme) une fabrication idéologique basé sur ce principe  acquis, accepté, élaboré pour des raisons de stratégie, et si raffinées qu’à ce jour il est possible de voir apparaître de plus en plus de personnes non- blanches/noires  sur le devant de la  scène, cela augmente l’illusion des victimes, persuadées que le problème a disparu alors qu’en fait il ne l’est pas. Pour un petit millions de prisonniers à qui il est donné un peu plus , ce sont des dizaine de millions à qui il n’est rien donné.

Les époques changent le produit doit aussi changer d’apparenceen fonction de celle-ci,  cependant le business demeure, l’enveloppe change pas le principe actif. C’est sous cette  forme actuelle que prend la CONFUSION et qui amène à faire croire à beaucoup de victimes que ce problème le racisme a disparu. Ce qui dans ce cas représente une illusion parfaite pour ceux et celles  qui ont généré cette illusion. Avant il suffisait d’une ou deux victimes, aujourd’hui il en faut plus, tant que cela rapporte c’est tout ce qui compte. FAIRE DU BÉNÉFICE DU  PROFIT EN Y ASSOCIANT LE PLAISIR ET LA GLOIRE. Voilà comment pourrait être représenté  l’esprit d’un suprémaciste blanc (Raciste).

POURQUOI ?

Parce que en se laissant éblouir par les murs, les paillettes de la condition dans leurs prisons les victimes  en oublient l’origine,  ce pour quoi ils et elles sont maintenues dans cette condition, ce sur quoi s’appuie ce principe qui affecte leur condition directement ou indirectement, ce à quoi elles participent sans méfiance. Ce pour quoi ce verre  si transparent  en devient invisible, mais les maintient encore plus en prison.

Aussi quoi qu’il leur sera donné,  ce sera toujours en vue de les maintenir dans la condition dictée par le système en place. Quoi qui sera mis à leur disposition, voire pour certains un peu plus , et moins pour d’autres, ( ce qui a pour effet d’ailleurs de nourrir l’hostilité et de pousser les victimes à s’entretuer car persuadées que la victime qui reçoit plus vaut mieux que celle qui reçoit moins  ) mais la condition reste la condition, et les deux personnes qui s’entretuent demeurent des prisonniers au sein du MÊME et UNIQUE système qui les gouverne et décide de leur sort.Celui qui distribue est le véritable auteur du problème. Elles sont rendues malsaines et toxiques les unes pour les autres car incitées à l’être .Le système qui génère la condition  a pour principe de chercher à dominer et à maltraiter toute personne non blanche/noire,  les considérer et de les maintenir au stade  d’enfants, de prisonniers, d’esclaves.

NB : Les suprémacistes blancs n’ont pas de problème d’affect avec les victimes non- blanches/noires, mais ils savent une chose qui est la base de leur relation aux victimes, c’est que ce sont d’abord et avant tout des victimes,  et doivent être considérées et traitées comme des victimes, et la seule autorité et le seul décideur est le directeur de la prison, qui décide de tout pour tout.

Si les sentiments sont  considérés comme plus importants pour régler le problème,  cela est une erreur de jugement, la Suprématie Blanche et la prison de verre s’appuient sur une idéologie,  ce n’est pas un problème affectif mais un problème IDÉO-LOGIQUE, car est issue dune pensée, conçue et articulée  pour un but défini et précis. le suprémaciste blanc/raciste, le gardien de cette prison de verre peut faire étalage daffection ( lui aussi étant un individu) , mais son mode de pensée est  motivé par une idéologie structurée,  et qu’il suit  à la lettre de manière  précise qui la guide à chercher  et ou avoir le contrôle permanent de l’autre,  il sait que quoi qu’il fasse, que ce qui prime est son rapport idéologique  avec la personne non-blanche en l’occurrence, qui doit demeurer victime et prisonnier .
Cela aussi forme un mur invisible pour la victime, car sa réflexion est occultée par une vision affective qui annule toute approche logique,  ce sentiment empêchant de chercher à comprendre ce qui motive véritablement les personnes blanches dans le monde qui a été fabriqué par elles, et pour elles, et ce par quoi elles sont motivées  dans leurs relations aux personnes non-blanches contenues qu’elles sont dans cette prison de verre, prison où ce qui est vu demeure  inaccessible, pour elles, au sens où il leur est interdit de se prendre en charge, et si c’est le cas la charge contiendra des vices de formes, des erreurs volontaires, des anomalies pour la gloire, et le renforcement du système. Mirtho Linguet 2015.

SORTIR DE LA PRISON EN CESSANT DE S’AGITER ET DE CRIER MAIS EN METTANT EN OEUVRE UNE STRATÉGIE MÉTHODIQUE SCIENTIFIQUE.

DEVENIR DES SCIENTIFIQUES ET NON DES ALLERGIQUES, SORTIR DE L’ABSTRACTION DEVENIR SUBSTANTIELS.

TRAVAILLER À TRANSFORMER LE MUR DE LA PRISON EN HÔPITAL PAR LA PRODUCTION DE LA JUSTICE.

* JUSTICE = Équilibre entre les personnes.

* JUSTICE = Garantir que personne ne soit maltraitée en pensée parole et ou action et ce 24/7.

* JUSTICE = Garantir que la personne qui a besoin d’aide le plus, reçoive le plus d’aide constructive en pensée, parole, et/ou action et ce 24/7.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s